Télé-travailler avec plaisir et efficacité, et si c'était possible !
05.04.2020 — NOS ARTICLES EN PARTAGE

Télé-travailler avec plaisir et efficacité, et si c'était possible !

1 - Structurer ma journée et mon temps 

Peut - être avez vous vécu comme moi une première semaine de confinement, toute en agitation, excitation : enfin  j'allais pourvoir TOUT Faire et en plus m'occuper de moi ! Et bien rapidement je me suis aperçu que cela ne serait pas, si je ne structurais pas mieux mes journées et mon temps. Rapidement j'ai pris conscience de l'importance de "désapprendre" pour trouver de nouveaux repères. J'ai assez vitre compris que le "vide" d'activité était une invitation à repenser mes journées.

J'ai décidé de conserver des horaires de lever et coucher identiques, même si je ne mets pas mon réveil à sonner. Finalement, mon cerveau avait programmé tout seul mon ancien horaire de lever. Pas vous ?

J'ai organisé des espaces de vie, des espaces de travail et j'ai demandé à mon mari d'en faire autant. J'avais vraiment besoin de distinguer les espaces de vie professionnelle, de repos, de vie personnelle - tout mélanger m'embrouillait l'esprit !

2 - Soigner l'ergonomie de mon endroit de travail

j'ai la chance d'avoir un espace bureau à la maison mais nous devons le partager avec mon mari. Alors première étape : j'en ai fait un espace rangé, organisé, plutôt sympa. J'ai choisi une bonne chaise et j'ai mis des photos souvenirs et gaies pas loin de mon écran.  

J'ai libéré de l'espace sur une étagère pour que mon mari comme moi puissions investir à tour de rôle le bureau ou un bout de la table de salon mais que surtout, tout soit facilement "déplaçable" et "rangeable", quand les moments du repas ou du repos arrivent.

3 - Garder des liens avec mes collègues, mes pairs, mes client, mes amis, ma famille

La perte brutale de vie sociale, de contacts professionnels, m'ont beaucoup attristée. Mon métier me manque ! les gens et les équipes que j'accompagne me manquent ! j'ai pris conscience que cette perte pouvait rapidement  avoir des effets néfastes sur mon état d'esprit.  

Heureusement, je fais partie de 4 groupes professionnels avec qui rapidement des rencontres en visio se sont mises en place.  Je me suis donné comme rituel, d'appeler 2 personnes chaque matin et/ou d'écrire des mails pour prendre des nouvelles de mes collègues, clients, amis et bien sûr des membres de ma famille... Quelle satisfaction d'être rassurée en sachant tout le monde plutôt en bonne santé.

Je prends conscience qu'entretenir ses liens formels et informels avec les personnes de mon environnement personnel et professionnel est encore plus essentiel en cette période. ils participent à ma stabilité affective et à ma sécurité intérieure.

4 - Utiliser les réseaux sociaux et les informations avec "mesure" 

Rester informée, essentiel en ce moment !  En revanche, j'ai constaté sur moi qu'une sur-exposition à des informations négatives, était néfaste à mon moral. Le pessimisme ambiant, le fatalisme,  la peur..., tout çà baissait mon niveau d'énergie. Nous avons donc décidé de couper la radio rapidement après 9h  et de limiter nos consultations de journaux, informations. Quand nous le faisons , nous essayons de nous limiter à des informations officielles. 

Cette période est riche en flux internet en tout genre et je me suis surprise à beaucoup plus consulter mes écrans, réagissant à toutes les sonneries des notifications des différentes applications. J'ai commencé par supprimer le son des alertes et je me raisonne pour faire un usage "conscient" de mes différents écrans.

5 - Garder des repères de temps pour travailler et le faire savoir ! 

Incroyable comme le temps passe vite quand on est concentré sur un sujet et finalement peu dérangé ! A condition de quitter de vue les notifications de ses écrans, que les enfants ou le mari vous laissent tranquille... c'est un des avantages du télé travail : tout de suite au bureau, disponibilité pour se concentrer - à condition d'en informer son entourage.

S'arrêter aussi ! régulièrement, se fixer des limites de temps de travail. Je me suis surprise à les exploser sans raison d'urgence majeure. C'est là l'un des risques du télé travail : les frontières sont minces et le risque est grand de remplir le vide, de combler "le silence du travailleur isolé" ! 

6 - Prendre du temps pour soi  ! 

Bouger, faire de l'exercice mais autrement ! En particulier quand son activité est la marche nordique, le jogging ou le VTT. J'avais déjà ce besoin et je constate qu'il s'est encore plus affirmé avec le confinement. Comme si l'interdit, le manque stimulaient des envies. Ma voisine, professeur de Gym à l'INSA, organise le dimanche matin pour tous les habitants de mon quartier et du village, un cours de gym à distance ! belle occasion de faire mieux connaissance ! 

Pour apaiser mon esprit qui parfois galope, passant d'une idée à l'autre, je prends 20' le matin pour méditer et 20' pour m'étirer avec des postures de Yoga. Je suis fière de moi de tenir cette séance tous les matins. Elle me fait un bien fou. Je suis moins anxieuse, plus centrée et concentrée. J'ai aussi plus d''énergie. 

7 - Créer des relations harmonieuses et respectueuses avec mes proches dans notre espace confiné

Et même se redonner des repères de vie ! mes 2 enfants sont revenus à la maison et je les en remercie. Je suis rassurée de les avoir à proximité. J'avoue avoir un peu phantasmé le retour de notre famille à 4  ! Tout se passe bien, en revanche, il nous a fallu nous "recaler", nous redonner des règles du bien vivre ensemble !  Surtout nous avons instauré des rituels de repas et des moments d'échanges. Règle d'or : se respecter et respecter l'intimité de chacun. Ce cadre protecteur laisse la possibilité à chacun de dire quand çà va ou... pas ! 

Chacun met ses talents et ses envies au service de notre collectif : pas d'obligation de tâche, juste celle de contribuer, à sa manière, à notre meilleure vie ensemble. 

8 - Transformer une contrainte en opportunité

Mon activité professionnelle est fortement impactée par le confinement, comme beaucoup ! J'en profite pour écrire, pour poser des sujets qui me tiennent à coeur et les approfondir, pour apprendre de nouvelles choses. En revanche, par préférence, j'aurais tendance à ouvrir beaucoup de nouveaux sujets. Ce temps disponible est comme vertigineux et je dois apprendre à me recentrer sur l'essentiel et ce qui fait sens pour moi.

9 - Valoriser ce qui a été fait et s'en féliciter

Mon rapport au temps est complexe, je le sais. Je pourrais avoir tendance à m'auto dévaloriser pour tout ce que j'ai prévu et non fait. Je pourrais aussi avoir tendance à ne me consacrer qu'à des sujets professionnels, comme pour me rassurer pour la suite, pour la reprise. 

Je cherche tous les soirs mes 3 kifs de la journée, les 3 moments qui ont rempli mon coeur de gratitude : çà me fait du bien. Plus je pratique et plus je m'ouvre à d'autres moments et plus je maintiens mon équilibre intérieur.

10 - M'engager dans l'action, porter mes valeurs

Le confinement s'impose à moi, à nous et limite mes libertés d'agir pour plus d'humanité dans les systèmes humains. Alors j'ai rejoins un dispositif mis en place par ma branche professionnelle pour venir en soutien des soignants. L'intention est pour moi claire et alignée à mes valeurs de soutien et d'utilité de mon métier.

J'ai aussi pris plaisir à appeler mes oncles, mes tantes, âgés et souvent seuls pour prendre le  temps de les écouter. Comme j'ai aimé utiliser une belle initiative proposée sur internet pour écrire à une personne en EPADH - j'ai aimé, en le faisant, me rappeler quand j'écrivais à mes grand-mères. 

Toutes ces actions sont pour moi  "utiles" et de "qualité" et me rappellent combien nous avons le choix de la manière dont nous dépensons notre temps, combien nous sommes acteur pour que demain toutes ces initiatives perdurent et changent le monde.

 

Un perfectionnement à la pédagogie ouvert sur l'avenir du métier de formateur pour demain !
19.07.2020

Un perfectionnement à la pédagogie ouvert sur l'avenir du métier de formateur pour demain !

Un grand Merci aux formateurs de l'APTH pour m'avoir fait confiance : à la fois pour travailler sur les fondamentaux de la pédagogie pour adultes et à la fois pour avoir ouvert une belle réflexion utile sur l'avenir du métier de formateur. Deux jours qui ont permis aux formateurs de faire un pas de côté et déjà être force de proposition sur leurs gammes de formation.

co développement - cycle ateliers de co développement, distance, formation distance
09.06.2020

Un cycle d'atelier de co-développement 100% en distanciel

Nous mettions déjà en place des cycles d'atelier de co développement avec des groupes de 6 à 8 personnes qui se regroupaient 6 à 8 fois sur 2h30 ou 3h. Et là : C'est une première, nous testons le même protocole d'intelligence collective en 100% distanciel. Une belle découverte pendant le confinement et une belle rencontre des deux créatrices d'une solution conviviale et reproduisant un environnement facilitant et sécurisant pour le co-dév. J'ai testé, expérimenté puis je me suis formée à l'utilisation technique de l'installation. Important pour moi de m'en libérer et revenir à mes fondamentaux, ma posture de facilitatrice. Je teste avec un groupe de 2 fois 6 formateurs dès fin Juin. Leur enjeux : partager leurs pratiques pédagogiques, leurs questionnements du moment.

Membre
de l'atelier des RH